Démystifier l’incontinence urinaire, des solutions pour rester au sec !

08 Juil 2021

La fuite urinaire vous connaissez ?

Tous, avons déjà vécu un moment de fuite urinaire, non ? En sautant à la trampoline, en éternuant ou lors d’une envie pressante et soudaine ? Vous n’êtes pas seul. Cela n’arrive pas seulement aux femmes, mais aussi aux hommes ! La rééducation périnéale et pelvienne est aussi très efficace pour les personnes âgées. Il n’est jamais trop tard !
Entre vous et moi, le vieillissement n’est pas la seule cause de ce problème discret. Suite à un accouchement, à la ménopause, à la prise de poids ou à l’ablation de la prostate pour les hommes, les problèmes d’incontinence peuvent être fréquents et sont tout à fait normaux.
Heureusement, il existe plusieurs solutions afin de régler la situation. En premier lieu, une évaluation par un(e) physiothérapeute spécialisé(e) en rééducation périnéale vous permet de valider la faiblesse des muscles du périnée. Par la suite, avoir un suivi avec un(e) kinésiologue spécialisé en périnatalité peut également faire une grande différence pour renforcer vos muscles profonds, votre maison abdominale, intelligemment. Ce spécialiste du mouvement vous prescrira des exercices adéquats pour le plancher pelvien et le transverse, et ce, peu importe votre condition.

 

Avez-vous déjà construit une maison sans plancher ?

On peut comparer le périnée à un hamac qui est retenu par l’os pubien et le coccyx, qui entoure trois orifices : l’urètre, le vagin et l’anus. Le périnée est un muscle comme les autres : il doit être travaillé tout au long de sa vie. Le plancher pelvien a plusieurs fonctions principales dont la continence urinaire et fécale, la fonction sexuelle, le soutien des organes et la respiration. Évidemment, les exercices de Kegel favorisent le renforcement des muscles du plancher pelvien. Ils sont grandement recommandés par nos kinésiologues, mais doivent toutefois être jumelés à d’autres exercices pour éviter l’incontinence. Cependant, avoir un plancher pelvien hypertonique peut également entraîner une perte d’endurance à long terme (surtout chez les grands sportifs). L’équilibre entre la contraction et le relâchement du plancher pelvien est donc à favoriser.

 

S’attaquer aux murs une fois le plancher terminé.

Bien que le travail des muscles pelviens soit important, il doit être complémentaire au travail du transverse, des obliques et du grand droit de l’abdomen pour diminuer les risques de fuites ou de descente d’organes (prolapsus). Le transverse est un muscle profond qui soutient l’ensemble des viscères, qui prévient les lombalgies et facilite la respiration, la miction, la défécation, la toux et le vomissement. Vous comprendrez que tout est une question de pression au niveau de l’abdomen. L’augmentation de la pression intra-abdominale met rapidement ces deux muscles essentiels (plancher pelvien et transverse) sous tension. Alors imaginer ce qu’il arrive lorsqu’ils ne sont pas assez forts…
Pour mieux visualiser les conséquences, imaginez un tube de pâte à dent avec le bouchon légèrement dévissé. Effectuez maintenant une pression au centre du tube. Quels sont les dégâts ?
Et oui, une descente d’organes est vite arrivée !
D’où l’importance d’expirer pendant un effort demandant.

Ainsi, les symptômes d’incontinence urinaire peuvent s’améliorer et peuvent même se résorber par l’exécution d’exercices personnalisés selon les besoins de chaque personne.

Solutions rapides et efficaces :

Placer un petit banc sous les pieds pour évacuer les selles et diminuer la pression intra-abdominale durant la défécation.
Introduire l’expiration lors d’une demande physique importante (soulèvement d’une charge) pour activer le plancher pelvien lors de l’effort.
Travailler la contraction et le relâchement du plancher pelvien et du transverse avec des techniques de respirations (expirer par la bouche comme si on soufflait dans une paille). Imaginez qu’on tente de faire une succion avec le vagin ou l’anus et de rentrer le nombril vers la colonne vertébrale lors de l’expiration : avoir la sensation de se faire mince et de retenir un gaz.
Engager le plancher pelvien sous forme de verrouillage lors des éternuements ou pendant l’action de se moucher.
Éviter de faire des crunch ou des redressements assis, surtout à l’apparition d’un dôme au niveau du nombril lors de la flexion du tronc vers l’avant. Ce mouvement peut causer une séparation des grands droits de l’abdomen (diastase) qui elle, peut augmenter la pression sur les muscles du plancher pelvien.

Pourquoi est-ce si important de travailler adéquatement son plancher pelvien et son transverse durant et après la grossesse ?

1 – Pour mieux résorber la diastase des grands droits de l’abdomen après l’accouchement.
2 – Pour éviter de mettre de la pression sur le plancher pelvien en forçant de la mauvaise façon.
3 – Pour éviter la descente des organes lors de l’accouchement.
4 – Pour éviter de grandes douleurs lombaires à long terme.

Les cours de rééducation périnéale, est-ce pour moi ?

Il est fortement recommandé d’effectuer une rééducation périnéale postnatale adéquate à la suite d’une grossesse et d’un accouchement. Il demeure nécessaire de renforcer les muscles profonds puisque le corps vient de vivre un traumatisme physique important. Avant même de penser à courir, à faire des exercices avec sauts ou charges lourdes (même notre nouveau-né), il est essentiel de penser à contracter vos muscles du plancher pelvien dès la naissance du bébé, et ce, afin de favoriser la connexion neurale.
Les muscles et les ligaments sont étirés et relâchés, le bassin est hypermobile et fragile. Donnez à votre corps le temps de récupérer et de s’adapter à l’espace vide de l’abdomen les 2 premières semaines. On minimise le temps passé en position verticale (assise ou debout) pour éviter de surcharger votre système de stabilisation. Il est même recommandé de s’aliter 4 ou 5 jours après l’accouchement afin d’éviter le risque de prolapsus (descente d’organes) et de symptômes associés (ex. lourdeur, pesanteur dans le bas-ventre, fuites, constipation, douleurs articulaires/musculo-squelettiques). Ensuite, il est important de surveiller votre posture pour éviter d’augmenter la pression à l’intérieur de l’abdomen et ainsi augmenter la charge sur nos abdominaux profonds avec des exercices (après environ 6-8 semaines) si la diastase est résorbée. Par la suite, on augmente lentement le volume d’entraînement selon la tolérance. Selon la physiothérapie périnéale, la reprise des sports d’impacts (jogging, sauts) pourrait prendre jusqu’à 6 mois suite à l’accouchement. Le risque étant de créer un prolapsus si l’activité est reprise trop rapidement. Les fuites urinaires qui persistent 3 mois après l’accouchement risquent fortement de persister par la suite selon les études. Il est donc recommandé de les prendre en charge rapidement après cette période.

 

Pour plus d’informations, veuillez-vous inscrire à nos cours Vitamaman en rééducation périnéale ou en séance privée. Contactez-nous à info@orangesante.com ou 450-895-0855. 

Au plaisir de vous rencontrer,
Votre kinésiologue certifiée en périnatalité
Roxanne Archambault

À lire également

26 Juin, 2020

Tu as planté tes légumes, il faut les manger maintenant!

On va se le dire, une des bonnes choses du confinement est le temps que nous avons maintenant; le temps en surplus! Il fait beau, il fait chaud: […]

Lire Plus

Amélie Paquette

Share This